Loin du niveau attendu [joueur par joueur première partie de saison]

Loin du niveau attendu [joueur par joueur première partie de saison]

Avec une 10eme place au classement à la fin de la phase aller, les joueurs girondins ont évolué très largement en dessous du niveau requis pour accrocher une place européenne. Retour sur cette première partie de saison joueur par joueur.

 

Gardiens de but 

Cédric Carrasso : Parti numéro deux dans l’esprit de Jocelyn Gourvennec, le gardien girondin a repris sa place après un début de saison fébrile de la part de Jérôme Prior. De retour aux affaires, il a enchaîné les matchs de qualité et souvent gardé Bordeaux à flot, notamment à Lyon où les Girondins lui doivent une fière chandelle (victoire 3-1). Son entorse au genou à l’automne a freiné sa progression. 

À retenir : 8 matchs et 6 buts encaissés.

Jérôme Prior : Peu à l’aise dans le costume de numéro 1 en début de saison, additionnant les sorties peu convaincantes, il s’est bien repris après la blessure de Cédric Carrasso en faisant plusieurs arrêts décisifs par match.

À retenir : 11 matchs et 20 buts encaissés

Il n’a pas joué : Paul Bernardoni

 

Défenseurs

 

Youssouf Sabaly : Très généreux dans son couloir droit, il a été l’un des joueurs le plus remarqués en première partie de saison. Même dans les jours sans, le défenseur prêté par le PSG s’est accroché et a donné le meilleur de lui-même. Quand ses coéquipiers ont été pulvérisés à Paris, il a réussi le meilleur taux de passes de la saison girondine en atteignant 98% de passes de qualité. Sa générosité a un revers de la médaille avec quelques matchs où les ballons perdus ont été nombreux. Mais sa première partie de saison reste très bonne.

À retenir : Co-meilleur passeur : 3 passes décisives

Milan Gajic : Il a suppléé Youssouf Sabaly sur les deux derniers matchs de championnat et sur la match de Coupe de la Ligue face à Nice. Son rendement a été intéressant avec beaucoup d’engagement et de volonté d’animer le couloir comme le fait Sabaly. À revoir en deuxième partie de saison, pourquoi pas en position de milieu défensif où Bordeaux manque parfois de jus.

Diego Contento : Son bilan est négatif avec trop de matchs mettant en lumière ses insuffisances défensives, à l’image de sa première mi-temps catastrophique face à Monaco. 

Maxime Poundjé : Il a alterné entre les blessures, les matchs titulaire et les matchs remplaçant et n’a finalement disputé que 6 rencontres sans convaincre de son importance dans le collectif girondin.

Nicolas Pallois : Malgré un jeu qui manque de finesse et une relance aléatoire cette saison, il reste le taulier de la défense bordelais. Avec 7 matchs en tête des ballons récupérés, il est le joueur bordelais le plus performant dans ce registre. Son pénalty concédé face à Monaco est la caractéristique d’une nervosité latente depuis le début de saison qui ne l’aide pas à retrouver la sérénité technique qu’il affichait par le passé.

À retenir : 7 matchs en tête du nombre de ballons récupérés. Plus large total de l’effectif.

Igor Lewczuk : Costaud dans les duels, l’international polonais s’est affirmé comme une très bonne trouvaille en défense centrale. Jamais passé réellement au travers, il est le Bordelais qui a cumulé le plus de matchs réussis en termes de passes à ses partenaires ne descendant jamais en dessous de 90% de réussite lors de ces rencontres. Appliqué, bon tacleur et bon joueur de tête, il est globalement l’une des satisfactions de la première moitié de saison.

À retenir : 4 matchs en tête des passes réussies avec un taux de plus de 90% à chaque reprise.

Ils ont peu ou pas joué :  Théo Pellenard (1 match), Pablo (0 match)

 

Milieux

 

Grégory Sertic : Promené de la défense centrale au milieu de terrain, il a eu du mal à s’imposer à ces deux postes. Victime d’un déchet trop important au milieu et d’un rythme trop lent pour accélérer le jeu, il a peut-être été plus à l’aise en défense centrale. S’il est passé au travers comme toute l’équipe face à Monaco, il a assuré de bonnes performances à Marseille où ses 18 ballons remportés et ses 92% de passes réussies en font le meilleur élément bordelais du match, et à Lyon où son attitude et son but ont fait du bien à l’équipe girondine.

Jérémy Toulalan : Embêté par sa blessure à la cuisse contractée contre Nantes, il n’a disputé que 12 matchs a eu des difficultés à trouver le rythme, paraissant débordé sur plusieurs rencontres. L’ancien nantais a tout de même fini l’année sur une bonne note avec un très bon match face à Nice, et les statistiques montrent que sa demi-saison n’est pas si mauvaise. S’il est le deuxième joueur à avoir perdu le plus de ballons dans un match (3 rencontres), il est aussi le deuxième à en avoir le plus récupéré (5 matchs en tête des statistiques). Avec plus de rythme dans les jambes, Bordeaux peut avoir espoir de retrouver son tauilier au milieu de terrain.

À retenir : 5 fois, Jérémy Toulalan a été le Bordelais récupérant le plus de ballon. 3 fois, il a été celui en perdant le plus dans une rencontre.

 

Valentin Vada : Il a alterné le chaud et le froid pendant cette première partie de saison. La précision technique lui a souvent fait défaut pour réussir de bons matchs, mais il a rarement donné l’impression de baisser les bras. Formé comme joueur offensif, il a souvent souffert dans la récupération du ballon et a réussi de meilleurs matchs en jouant aux côtés de Toulalan et Plasil dans le milieu à trois. 

Jaroslav Plasil : Le capitaine girondin a toujours tout donné malgré la difficulté. S’il a loupé quelques matchs en ayant un taux de passes réussies parmi les plus faibles de l’équipe (3 matchs), il a aussi contrecarré ce phénomène en faisant partie des plus précis sur d’autres rencontres (2 matchs). Dans le marasme girondin face à Monaco, il a réussi un taux très élevé de passes concluantes avec 96% de ballons prolifiques. Il est également le meilleur passeur du club avec Sabaly (3 passes).

À retenir : co-meilleur passeur du club avec 3 passes décisives.

Adam Ounas : Le jeune joueur formé aux Girondins n’apparaît pas parmi les joueurs les plus prolifiques de son équipe (seulement une passe décisives), et n’a jamais fait partie des joueurs réussissant le plus de passes. Au contraire, il fait partie de ces joueurs ayant eu le plus de déchet technique (3 matchs en moins bonne positon sur les passes réussies). En manque de jus avec une préparation physique gâchée par une blessure cet été, il n’a pas réussi à retrouver le pouvoir d’accélération qui lui permettait de réussir ses dribbles la saison passée. 

À retenir : À trois reprises, il a été le Bordelais connaissant le plus faible taux de passes réussies dans un match, avec des statistiques tournant autour des 60% (3eme ex-aequo avec Plasil dans ce registre).

Malcom : Avec 3 buts, il est le deuxième meilleur buteur du club. Mais son rendement offensif a laissé à désirer avec trop de matchs sans impact, sans imagination, et avec des choix de jeu souvent mal sentis. Sa deuxième partie de saison devra être plus performante si Bordeaux veut espérer remonter au classement.

François Kamano : Il est le deuxième meilleur buteur du club ex-aequo avec Malcom (3 buts). S’il a su être efficace face à Dijon en offrant la victoire grâce à son doublé, ses prestations sont elles aussi en dessous de ce que peut attendre un club comme Bordeaux. 

 

Ils ont peu ou pas joué : Abdou Traoré (6 matchs), Thomas Touré (6 matchs), Zeydou Youssouf (4 matchs), Mauro Arambarri (2 matchs), Younes Kaabouni (0 match), Nicolas Maurice-Belay (0 match).

 

Attaquants :

 

Isaac Kiese-Thelin : Son ratio est intéressant avec 2 passes décisives et 2 buts en 7 matchs (2 titularisations). Au moment où Jocelyn Gourvennec peine à trouver un attaquant qui occupe une position axiale et pèse sur les défenses, les statistiques de l’attaquant suédois peuvent être une arme pour sa deuxième partie de saison.

Diego Rolan : Entre blessures, méformes et performances parfois délicates d’un point de vue technique, l’international uruguayen est tout de même le meilleur buteur girondin (4 buts). Censé être le fer de lance de l’attaque girondine, il devra se faire violence pour élever son niveau de jeu en deuxième partie de saison.

À retenir : meilleur buteur du club avec 4 buts.

 

Gaëtan Laborde : Auteur de 3 buts et de 2 passes décisives en 17 matchs, le jeune girondin est en phase d’apprentissage au haut niveau pour sa première saison en L1. Son sens du devoir est indéniable mais son manque d’application se ressent malgré une qualité technique parfois intéressante. À l’image de son match à Metz où il est le joueur ayant le plus faible taux de passes réussies (50%) malgré un but, sa marge de progression est importante mais encourageante. 

À retenir : 4 matchs avec le plus faible taux de passes réussies (premier bordelais de la catégorie) - 3 buts et 2 passes décisives. 

 

Jérémy Ménez : Il est la plus grande déception de la première partie de saison. 2 buts, une seule passe décisive, un engagement parfois insuffisant pour le collectif, et une expulsion à Montpellier qui coûte cher. Un bilan frustrant car l’ancien milanais a laissé apercevoir à quelques reprises qu’il était capable d’influencer positivement le jeu de son équipe. Passeur le plus fiable sur trois rencontres (juste derrière Lewczuk et ses 4 matchs), il devra répéter plus souvent cet engagement technique s’il souhaite donner une autre dimension à une saison censée être celle de la relance mais qui s’avère bien terne à mi-parcours.

Par Florian RODRIGUEZ

Catégories : Ligue1




Commentaires

Ligue 1
Bordeaux
Sam 21/01 - 20h
Toulouse
Dernier
Sondage
Bordeaux va t-il battre le PSG en CdL ?
Oui
Non


Résultats

Actu foot et mercato